Bénévoles recherchés!

    Les Amis du Parc Meadowbrook est un groupe dynamique dont la mission est de transformer Meadowbrook, un espace vert d’une superficie 57 hectares qui chevauche la ville de Côte Saint-Luc et l’arrondissement de Lachine, en un parc nature urbain patrimonial accessible à tous. Les membres du groupe sont aussi impliqués dans la lutte pour la préservation d’espaces verts sur l’Île de Montréal.

    Si vous aimeriez contribuer à notre mission et partager vos compétences, voici quelques suggestions :

    Comité des communications

    Si vous êtes un génie informatique qui se spécialise en WordPress ou en Wiki, nous aimerions recevoir votre aide pour notre site web (www.lesamsidemeadowbrook.org) et pour notre projet écomap (www.montrealecomap.com). Nous aurions aussi besoin d’aide avec notre page Facebook (www.facebook.com/sosmeadowbrook) et Twitter (@ParcMeadowbrook), ainsi que notre pétition sur Change.org.

    Les Amis du Parc a commencé une tournée à Lachine, Côte St-Luc, Montréal-Ouest, NDG et Westmount afin d’informer les résidents de l’ouest de Montréal des enjeux environnementaux de notre ville. Si vous avez des suggestions de salle de conférence ou si vous voulez aider à l’organisation de ces évènements, nous avons certainement besoin de votre aide.

    Les Gardiens de Meadowbrook

    Ceci est une initiative spéciale pour protéger Meadowbrook jusqu’à ce qu’il devienne un parc naturel. Plusieurs projets sont présentement en considération : des maisonnettes et des mangeoires d’oiseaux (Meadowbrook est un site réputé pour l’observation des oiseaux), la re-naturalisation, des activités de ski de fond et de raquette en hiver, des routes d’accès à la Falaise Saint-Jacques et à Meadowbrook, etc.

    La recherche compréhensive d’information, la collaboration et la négociation sont des compétences recherchées.

    Sauvons la Falaise

    Les Amis et Sauvons la Falaise (www.sauvonslafalaise.ca) sont des organisations partenaires. La mission de Sauvons la Falaise est de protéger l’écoterritoire de la Falaise Saint-Jacques, une région qui s’étend sur 4 kilomètres (de Montréal-Ouest jusqu’à Westmount) et longe le boulevard Saint-Jacques.

    Voici une tâche spéciale pour ceux qui sont doués en géographie : nous avons besoin de créer une carte de la Falaise avec des coordonnées GPS.

    Pour ceux qui s’intéressent à la chose politique, vous seriez sûrement intéressés à devenir bénévoles pour les conférences de Bon Voisinage Turcot qui se dérouleront à Notre-Dame-de-Grâce et au Sud-Ouest, ainsi que pour assister aux séances du conseil municipal.

    Veuillez nous contacter par adresse courriel (lesamisdemeadowbrook@gmail.com) afin d’en apprendre plus sur Les Amis du Parc Meadowbrook et pour nous aider à rendre Meadowbrook plus accessible à tous. Merci de votre intérêt!

    Tous les intervenants doivent participer à la décision sur l’Anse-à-l’Orme

    Le rapport de l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM) sur l’avenir du secteur Pierrefonds-Ouest constitue « une réprimande claire pour la Ville et l’arrondissement pour leurs dix années de relations confortables avec les promoteurs, » selon le porte-parole de Les Amis du parc Meadowbrook, Campbell Stuart.

    Le printemps dernier, l’OCPM a reçu 272 mémoires écrits et entendu 73 intervenants. Environ 87 % des répondants étaient opposés à l’idée de construire des logements à l’Anse-à-l’Orme.

    Les promoteurs souhaitent ériger 5000 unités résidentielles sur 185 hectares de milieux humides, de boisés, de prairies et de champs en friche le long du Lac des Deux Montagnes. Sauvons l’Anse-à-l’Orme et plusieurs autres groupes environnementaux se sont fermement opposés à ces projets immobiliers.

    Le rapport du 29 septembre constate le manque de consensus sur l’avenir de l’Anse-à-l’Orme. L’OCPM a suggéré qu’il faut d’abord faire des études sur la protection de la biodiversité, les avantages collectifs, la viabilité économique d’un nouveau projet, l’étalement urbain, la mobilité et le respect des engagements internationaux sur le plan de l’environnement.

    Il est aussi recommandé que l’exercice de l’aménagement du territoire se poursuive, mais qu’il « devrait inclure, cette fois, toutes les parties prenantes, dont les citoyens et les organismes environnementaux, et proposer divers scénarios allant de la protection intégrale du territoire à un ratio différent de protection et de développement immobilier ».

    Campbell Stuart a présenté un mémoire au nom de Les Amis du parc Meadowbrook et plusieurs membres de ce même groupe ont fait des exposés individuels. Le rapport présenté par Les Amis indique que l’Anse-à-l’Orme doit être conservé et transformé en parc nature, ouvert et accessible à tous.

    Les Amis propose de protéger cette zone pour sa valeur écologique intrinsèque aux générations futures. Le mémoire présenté par Les Amis fait observer que le projet immobilier ne répond même pas aux critères de développement durable de Montréal puisqu’il ne protège pas les zones naturelles, entraine l’augmentation de l’utilisation de l’automobile et ne revitalise pas les quartiers existants. En outre, le mémoire suggère que le projet devrait aussi être rejeté pour des raisons fiscales, puisque l’on demande aux contribuables de subventionner un projet privé.

    Bien que les recommandations de l’OCPM ne soient pas contraignantes, Campbell Stuart souligne que ce rapport est une étape importante dans la lutte pour sauver le Corridor de l’Anse-à-l’Orme de la destruction.

    Un ralliement public aura lieu le lundi 2 octobre à 18 h devant la mairie d’arrondissement de Pierrefonds-Roxboro (13665, boulevard Pierrefonds, Pierrefonds, QC H9A 2Z4). On y discutera le contenu du rapport et ses implications pour le futur de l’Anse-à-l’Orme.

    La Ville de Montréal a gagné

    La juge Pepita G. Capriolo de la Cour supérieure a rendu Mercredi sa décision dans un litige opposant Groupe Pacific, le propriétaire de Meadowbrook, et la Ville de Montréal.

    La Ville de Montréal a gagné sur toute la ligne !

    Dans cette affaire, Groupe Pacific soutenait que la Ville de Montréal avait pratiquement exproprié le terrain en agissant avec mauvaise foi. La demanderesse poursuivait la Ville de Montréal à hauteur de 43 945 000 $, soit 28 500 000 $ pour l’expropriation déguisée, 10 400 000 $ pour la perte de profits sur la vente des terrains et 5 045 000 $ sur la vente des terrains. Or Groupe Pacific avait acheté le terrain du Canadien Pacifique en 2006 pour 3 millions $.

    Dans sa décision, la juge conclut que Groupe Pacific « n’a pas réussi à faire la preuve que la Ville aurait manqué à son obligation de diligence ou d’équité procédurale dans ses agissements ». Elle n’accorde aucune indemnisation pour perte de profits.

    Les Amis du Parc Meadowbrook se réjouit de cette décision et poursuivra sa campagne pour faire de Meadowbrook un parc nature urbain accessible à tous les Montréalais.

    Consultez https://youtu.be/oalZdXOHwxc, Rapport Pimento #124, “Meadowbrook — A Park for All”. À 7 minutes, 35 secondes, Campbell Stuart fait une presentation sur l’histoire de la lutte pour conserver Meadowbrook. On y trouve aussi une entrevue de Campbell sur l’importance du dernier jugement. (En anglais seulement.)

    Voir aussi:  http://montrealgazette.com/news/local-news/judge-rejects-developers-lawsuit-against-montreal-over-meadowbrook