Archive for the ‘Uncategorized’ Category

La rivière Saint – Pierre – Deux ans plus tard

En juillet 2018, Les Amis du Parc Meadowbrook a tourné l’attention des médias vers le sort de la rivière Saint – Pierre qui traverse Meadowbrook. Une décision de la Cour Supérieure venait d’être rendue qui forçait la Ville de Montréal à cesser de polluer ce qu’il restait de cette rivière historique. Cela semblait une petite victoire, mais l’exécution s’est révélée un peu plus difficile.

La Ville de Montréal était au courant de la situation depuis 2002 selon des échantillons réalisés par le Réseau de suivi des milieux aquatiques. La pollution proviendrait de raccordements inversés de résidences de Montréal-Ouest et Côte-Saint – Luc qui sont reliées au système pluvial plutôt qu’au système sanitaire. Une étude menée par la Ville de Montréal du collecteur Toe Blake en 2014 a d’ailleurs repéré 250 raccordements inversés.

Il en coute de réparer ces raccordements : il faut d’abord trouver le raccordement fautif puis éventrer la route et creuser jusqu’au système pluvial qui se trouve généralement à une plus grande profondeur que le système sanitaire. Ces raccordements remontent souvent à la construction de la maison et les propriétaires actuels n’ont pas connaissance du problème. Qui doit payer la note alors ?

Puisque la situation perdurait depuis un bon moment déjà, la Cour Supérieure n’a accordé que deux années à la Ville de Montréal pour corriger le problème. La Ville en a appelé pour obtenir de plus longs délais, mais sans succès. Afin de respecter les délais, la Ville a choisi de dévier le collecteur Toe Blake pendant les périodes sèches. Le collecteur continuerait ainsi de jouer son rôle pendant les orages afin d’éviter les surverses et l’inondation des sous-sols. La Cour stipulait que la Ville devait obtenir un certificat d’autorisation du ministère de l’Environnement, mais comme nous l’avons appris, cela n’est jamais un problème, car le ministère ne refuse jamais un certificat à ceux qui en font la demande.

Montréal a procédé en février et comme nous nous y attendions, la rivière Saint-Pierre n’est plus la même. La Ville a promis que le niveau du collecteur serait ajusté afin d’éviter l’assèchement du cours d’eau. Plusieurs membres ont communiqué avec nous au fil des mois préoccupés du niveau de la rivière qui se résume parfois à des flaques non reliées entre des sections enrochées du fond du cours d’eau pour ensuite retourner à son cours normal après de fortes pluies.

Afin de comprendre comment l’alternance de périodes sèches et humides peut affecter cet écosystème, Les Amis s’est adressé au professeur Daniel Rivest  de l’UQAM. Il nous a indiqué que cela empêcherait les macroinvertébrés benthiques de s’établir dans le lit de la rivière. Ces insectes, vers et  crustacés sont de bons indicateurs de la santé d’une rivière ou d’un lac. Ils représentent un maillon important de la chaine alimentaire et une source de nourriture pour les poissons, les amphibiens et les oiseaux.  Certaines espèces agissent comme filtreurs tandis que d’autres décomposent la matière et jouent un rôle dans le nettoyage d’un cours d’eau. Certaines peuvent survivre à la sécheresse, d’autre pas.  Afi n de préserver cet écosystème et les animaux qui en dépendent, il serait important de protéger la rivière.

 

Études sur la rivière Saint- Pierre

Deux études ont récemment été publiées sur la rivière Saint-Pierre, la première par Les Amis du Parc Meadowbrook à  l’ invitation de l’Istituto per la Bioeconomia du Consiglio Nazionale delle Ricerche pour une conférence internationale sur la réouverture des rivières qui aura lieu en décembre à Florence, Italie.

Pour en savoir plus sur l’histoire de la rivière Saint- Pierre, ses défis et son avenir, visitez

Download (PDF, 724KB)

Nos membres Kregg Hetherington et Tricia Toso du Ethnography Lab de l’Université Concordia se sont aussi penchés sur la rivière dans un article publié récemment https://www.anthropocenes.net/articles/10.16997/ahip.6/

Bonne lecture!

 

Repenser le chemin de la Côte-Saint-Luc

Les Amis avait cette section du chemin de la Côte-Saint-Luc dans sa mire depuis un moment déjà et y avait organisé des visites commentées par l’environnementaliste David Fletcher qui nous avait révélé les secrets de l’endroit.

De la rue Westluke à l’entrée de Meadowbrook, le chemin de la Côte Saint-Luc prenait autrefois des airs de campagne avec ses grands arbres qui formaient un arceau sur la rue. Les années ont passé cependant et l’endroit a été quelque peu négligé, ce qui a permis au nerprun de s’y installer. ( C’est joli le nerprun lorsque cela fleurit, mais il s’agit d’une espèce invasive qui ne laisse pas grand place aux autres espèces.) Ajoutez à cela l’intervention de l’agrile du frêne et il ne reste plus beaucoup de grands arbres sur cette section du chemin.

La ville de Côte-Saint-Luc y avait été de quelques interventions avec la création du sentier nature Joe Raie et du parc à chiens. Les Amis y avait mis du leur en réservant un espace pour un banc à la mémoire de l’un de ses fondateurs, Alex Davis, à proximité du parc Richard Schwartz.

Les choses se sont corsées l’automne dernier lorsqu’un arbre est tombé sur les lignes électriques et a pris feu lors d’une tempête. Hydro-Québec n’a fait ni une, ni deux et coupé les arbres qui empiètent sur ses lignes. Drastique comme solution me direz-vous, mais cela a l’avantage de faire table rase et maintenant tout est possible.

Les Amis a déjà rencontré Côte-Saint-Luc et s’est adjoint l’organisme Nature Québec qui aidera au réaménagement de cette section du chemin de la Côte-Saint-Luc. L’idée serait de renaturaliser l’endroit en plantant des arbres et des arbustes indigènes qui nourriront et abriteront les oiseaux. On se prête à rêver ….

On vous tient au courant!

Le parc Toe Blake comme vous ne l’avez jamais vu

Ces jours-ci, le parc Toe Blake n’a plus tout à fait son allure habituelle. Disparus les grands frênes (l’agrile s’en est chargé) et le banc à la mémoire de Bernice Goldsmith.

À l’automne 2019, à la suite d’une décision de la Cour Supérieure qui la forçait à stopper la pollution du ruisseau qui traverse le terrain de golf, la Ville de Montréal a dû creuser jusqu’au collecteur Toe Blake qui passe sous le parc et se déverse sur Meadowbrook. Elle cherchait ainsi à dévier le flot du collecteur afin d’empêcher la pollution qui provient de raccords inversés dans Côte-Saint-Luc et Montréal-Ouest. Il s’agirait d’une mesure temporaire, pendant que l’on cherche les raccords inversés et qu’on les corrige.

Lorsque la poussière sera retombée, Les Amis fera un suivi auprès de Montréal-Ouest pour en savoir plus sur la nouvelle allure du parc.