Archive for March, 2019

Les Amis Asks Quebec Environment Minister for Help

Les Amis du parc Meadowbrook has written Quebec Environment Minister Benoit Charette, asking him to intercede in a plan that would harm one of the the few remaining open sections of the historic Saint-Pierre River, which runs through the Meadowbrook property.

This small waterway has been found to be contaminated by sewage coming from the Toe Blake Connector. Tests revealed the ultimate source of the pollution comes from cross-connections in underground pipes in Cote St Luc and Montreal West. The City of Montreal has known about this situation since 2002. It did a study of the collector in 2014, but the problem continues.

A Quebec Superior Court judge has given the City of Montreal until the end of 2019 to stop the pollution of the Saint-Pierre. As a result, the city decided to temporarily divert the collector until the crossed connections have all been fixed.

Les Amis expressed grave concerns about this proposal. While it would reduce the pollution, this would harm the plants growing along the river’s banks during dry spells. It would also affect the entire hydrographic system in the area, since the river drains the spring runoff that accumulates nearby, attracting migrating waterfowl to the area.

Les Amis asked the minister whether he could ask for impact studies on the effects of the planned deviation, and whether he could also force the three municipalities concerned to find a less environmentally damaging solution.

Five other environmental organizations also signed the letter while the CRE-Montreal will send its own letter to the minister on the subject.

The text of the letter is included below, in French only.

 

Le 6 mars 2019.

M. Benoit Charette

Ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques

Objet : Demande de certificat d’autorisation pour la déviation du collecteur Toe Blake à Montréal

 

M. le ministre,

Je suis directrice du groupe environnemental Les Amis du parc Meadowbrook.

Depuis trente ans, notre groupe défend du développement immobilier un terrain de golf de 57 hectares qui se trouve à cheval sur l’arrondissement de Lachine et la ville de Côte-Saint-Luc dans le sud-ouest de Montréal. Le terrain n’est pas propice au développement, étant entouré – et traversé – par des rails de chemin de fer. Notre objectif est d’en faire un parc nature accessible à tous. Nous avons d’ailleurs obtenu la désignation Grand espace vert ou récréatif pour le terrain en 2015 dans le Plan métropolitain d’aménagement durable (PMAD).

Nous sommes préoccupés du sort de la rivière qui traverse ce terrain, un des rares endroits à Montréal où l’on peut encore voir l’historique rivière Saint-Pierre qui coulait autrefois du flanc de la Montagne jusqu’à Verdun et qui a été ensuite raccordée à la petite rivière Saint-Pierre qui, elle, se jette dans le Saint-Laurent à la Pointe-à-Callières, le berceau de la ville de Montréal.

Nous ne voulons en aucun cas que cette rivière soit enfouie ou canalisée : nous aimerions plutôt la voir réhabiliter. Nous avions d’ailleurs applaudi la décision de la Cour supérieure de juin 2018 (dossier 500-17-079150-135, ci-joint) qui forçait la ville de Montréal à cesser de polluer la rivière, mais les choses ne sont jamais si simples.

La Ville de Montréal sait depuis au moins 2002 que le ruisseau est contaminé grâce aux études du Réseau de suivi des milieux aquatiques (RSMA). La pollution provient en fait du collecteur Toe Blake qui va de la Ville de Mont-Royal, traverse les villes de Côte-Saint-Luc, Montréal et Montréal-Ouest pour se déverser sur le golf Meadowbrook à la hauteur du parc Toe Blake dans Montréal-Ouest. Le collecteur est contaminé par des raccordements croisés situés dans les villes de Côte-Saint-Luc et Montréal-Ouest. La Ville de Montréal avait d’ailleurs entrepris en 2014 une analyse très rigoureuse du collecteur, regard par regard (160 prélèvements en tout) et avait repéré 167 raccordements fautifs à Côte-Saint-Luc et 51 à Montréal-Ouest (copie du rapport est ci-joint).

Nous avons travaillé avec la Société pour vaincre la pollution (SVP) qui, à partir de ce rapport, a repéré les secteurs où se trouveraient les raccordements inversés de même que les adresses des propriétés touchées. Nous avons remis ces adresses aux trois municipalités concernées.

Nous avons plaidé auprès des villes de Montréal, Côte-Saint-Luc et Montréal -Ouest, de même qu’à l’Agglomération, mais n’avons obtenu que des réponses partielles. Après des tests de fumée, la ville de Côte-Saint-Luc n’aurait rien trouvé (!) tandis qu’après des tests de rhodamine, la ville de Montréal-Ouest aurait réglé neuf cas de raccordement croisé et réorienterait ses efforts de réfection des rues à l’avenir vers les rues où se trouverait le plus grand nombre de raccordements problématiques. Ne pourrait-on pas à tout le moins reprendre l’échantillonnage de l’étude du collecteur Toe Blake dans les secteurs les plus polluants afin de savoir une fois pour toutes ce qu’il en retourne ?

Pour faire vite –la Cour supérieure a donné à la Ville de Montréal jusqu’à  la fin de 2019 pour stopper la pollution –Montréal a décidé de détourner le collecteur Toe Blake en amont de la rivière, de manière temporaire à ce que l’on nous dit, jusqu’à ce que les raccordements croisés soient corrigés.

Le fait de détourner ainsi le collecteur par temps sec nous préoccupe à plusieurs titres. Il réduit à n’en pas douter la pollution du cours d’eau, mais entrainerait cependant l’assèchement de la rivière pendant ces périodes, privée qu’elle serait de son alimentation.   Une telle mesure causerait des dommages importants à la flore riveraine qui s’est implantée depuis que le propriétaire a cessé de tondre la pelouse jusqu’au bord de l’eau. Il y a plus cependant : c’est tout le système hydrographique qui serait affecté, puisque la rivière draine le terrain qui inonde au printemps, à la grande joie des oiseaux migrateurs qui en ont fait un arrêt dans leur périple annuel. Avouez qu’un tel spectacle n’est pas banal en pleine ville de Montréal. En vertu de l’article 31.34 de la Loi sur la qualité de l’environnement (LQE), ne pourrait-on pas demander des études sur l’impact d’une telle déviation? Le ministère ne pourrait-il pas aussi en vertu de l’article 31.33 de cette même loi forcer les trois municipalités concernées à se concerter pour trouver une solution moins dommageable?

De nombreux autres groupes environnementaux et communautaires appuient notre démarche comme vous pouvez le constater aux signatures qui accompagnent cette lettre. Nous voulons tous sauver la rivière, la tendance voulant que les villes rouvrent les cours d’eau enfouis par le passé afin d’alléger les problèmes de surverse et la facture de traitement des eaux (voir notre article http://lesamisdemeadowbrook.org/uncategorized-fr/daylighting-les-rivieres/?lang=fr)

Nous vous remercions de prendre en considération nos inquiétudes et nous en remettons à votre bon jugement pour empêcher la perte de l’un des derniers tronçons encore visibles de la rivière Saint-Pierre.

Veuillez agréer, monsieur le ministre, nos sentiments les plus distingués

 

Louise Legault, directrice, Les Amis du parc Meadowbrook

 

Daniel Green, président, Société pour vaincre la pollution

Georges Hébert, STOP

Lisa Mintz, présidente, Les amis du parc Angrignon  et Sauvons la Falaise

Gareth Richardson, président, Coalition Verte

Jonathan Théorêt, directeur, Groupe de recherche appliquée en macroécologie (GRAME)

cc Madame Valérie Plante, maire de Montréal

  1. Luc Ferrandez, responsable des Grands parcs, des Espaces verts et des Grands projets, Ville de Montréal

Maire Mitchell Brownstein, Côte-Saint-Luc

Maire Benny Masella, Montréal-Ouest

Access to Meadowbrook Park

https://www.openstreetmap.org/about

To achieve our goal of making Meadowbrook a nature park accessible to all, it is necessary to provide access for the population.

This map shows the full range of possibilities that can be achieved with the right will.

Currently, the only access point is at the end of Côte-Saint-Luc Road in the municipality of Côte-Saint-Luc. But Guelph and Mackle Roads, in the same municipality, could also provide access to the envisioned park, if Mackle is extended that far and if the grid is opened to the end of Guelph.

There have been suggestions for reducing traffic on Saint-Jacques Street in Ville Saint-Pierre by extending 1st Avenue to Norman and eventually to Meadowbrook, particularly within the framework of the reconstruction of the Saint-Pierre interchange. This is no small task, because it will require spanning the railway tracks in two locations. Such a project will, however, provide access to Meadowbrook for the people of Saint-Pierre (there is already a tunnel under the tracks at the intersection of Broughton and Norman).

Another promising possibility, this one for pedestrians, is found at the southernmost point of the golf course, where it meets the Hydro-Québec right of way (dotted blue line). A pedestrian path already follows the rail line, passing through the backyards and gardens of neighbouring homes. All that’s needed to extend it all the way to Meadowbrook is one small section at the end.

The 162 bus runs along Westminster, followed by the 103 along Côte-Saint-Luc Road. It’s possible to proceed on foot along the Hydro-Québec right of way to discover this little-known and delightful spot.

There is work still to be done to provide cycling access. The de Maisonneuve bike path runs to Westminster before descending Broughton to join the Lachine Canal bike path, far from Meadowbrook. Another difficulty may be the link between the future green belt at the foot of the Falaise Saint-Jacques and the de Maisonneuve bike path. This route is not guaranteed despite presentations on the subject by Les Amis du Parc Meadowbrook.

It will be interesting to follow this issue.